Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 22:09

 Toi aussi crée ton kit politique

 lundi 21 mars 2005.

 Il y avait Marchais le désuet qui disait toujours la même chose lourdement, péniblement et mécaniquement chez Elkabach ou ailleurs. C’était à l’époque des R16.

 Il y a Ségolène Royal la contemporaine qui dit toujours la même chose gentiment, mignonnement mais tout aussi mécaniquement chez Fogiel et ailleurs. A l’époque de l’I-pod.

 Chez Fogiel, hier soir donc. Normalement, je ne regarde plus, ONPP me rappelle trop les fins de dimanche qui partent en sucette, celles où on n’a pas été capable de trouver un bon livre ou un DVD à se mettre sous la dent, celles des plateaux télés mal préparés.

 Ségo chez Fogiel, je disais. Je tombe sur les mots royalement emballés et destinés à embellir les politiques publiques régionales de Poitou-Charentes, cette région qui s’est mise à exister à nouveau lorsqu’elle a basculé à gauche, cette région qui est sortie des ténèbres, cette région qui pourrait revendiquer son rattachement territorial à l’Espagne. Car il existe désormais une communauté de destin entre les Ibères et les Poitevins, c’est sûr.

 En plateau Carlier s’emmerde, Sarraute gagatouille et prépare son tutoiement de vieille folasse édentée, j’ai oublié les autres invités. Donc, Ségo dit "maisons de proximité", elle dit "emplois tremplin", elle dit "création du premier forum pour un réseau des éco-industries"... Ca doit vous rappeler d’autres télés de Ségo, où elle dit toujours la même chose. C’est généralement juste après ça « Vous savez, je me consacre à la région, c’est beaucoup de travail. Les présidentielles ne m’intéressent pas ».

 J’ignore quelles réalités renferment « Maisons de proximité, Tremplin et Forum Eco-Industriel », ce vocabulaire de concepteur rédacteur territorial. Ce que je sais en revanche, c’est que ces mots rendent la politique plus accessible. Effectivement, ils parlent davantage que contrat de plan état-région qui veut dire quelque chose mais qui emmerde sans doute tout le monde, y compris la région et l’état. Y compris Fogiel, Carlier et Miss Sarraute qui, je trouve, commence à mouimouiner un peu comme Madame Sarfati.

 Donc on va parler des "Maisons de proximité". On ne sait pas de quoi, de qui elles sont proches mais on sait que c’est sympa la proximité. Mieux vaut une maison à proximité qu’une tour de la Défense éloignée. Maison de proximité ça fait pas cher, humain et utile. Et puis qui sait ? La Maison de proximité peut sans doute remplacer les services publics ou privés de proximité qui sont en train de crever gentiment dans les bleds où plus personne ne va, ni en vacances, ni à l’école. Il y a d’ailleurs une chaîne de supérettes qui s’appelle Proxi. Vive la proximité.

 Les "emplois tremplin"... Là, que voulez-vous, je ne peux m’interdire d’imaginer Ségolène en un joli maillot de bain une pièce rayures marines très classe. Elle est à la piscine, au bord du grand bassin régional. Les chômeurs sont prêts au départ, chacun sur son tremplin, prêt à rebondir, à plonger, à prendre un nouveau départ, à nager la brasse pour ne pas couler. Ségolène maitre-nageuse, ça aurait de la gueule.

 Et puis, toujours sous l’oeil navré de Fogiel qui préférerait qu’elle lui raconte que François pète au lit ou qu’elle sera candidate en 2007, elle évoque la création du premier "forum pour un réseau des éco-industries". Ici chaque mot compte : forum veut dire que c’est l’égalité et la démocratie, tout le monde peut dire ce qu’il pense. Réseau signifie que c’est sérieux, qu’on est dans le business, que c’est du maillage du territoire qui suggère qu’on travaille avec application et continuité, tout en profondeur. Ségo mobilise ses réseaux, on dirait une brève du Point.

 Et puis il y a le maître-mot : éco-industries. Le éco exonère, il rachète. L’industrie c’est pas beau, on le sait tous maintenant : l’industrie exploite, l’industrie licencie, l’industrie délocalise et l’industrie pollue (si si, c’est vu à la télé). Comment sauver l’industrie des gémonies, de l’enfer, de la vindicte ? Un mot, juste un, et même pas besoin de l’utiliser en entier, le début suffit.

 C’est le mot « éco ».

 Rajoutez "éco" devant n’importe quel mot dégueulasse et vous verrez, il devient tout de suite recyclable chez Ségo et ailleurs.

 Evidemment ça fonctionne parfaitement avec Industries mais ça marche aussi avec :

   - financiers >> les financiers ont décidé d’être éco annonce la Tribune, tout le monde est d’accord

   - 4X4 (j’en ai un, je suis partie prenante) >> Renault se lance dans l’éco-4X4, une nouvelle saluée par les associations

   - Leclerc invente l’éco-marché, jusqu’ou ira le distributeur de génie.

 Inutile de vous fatiguer, ça ne marche pas avec éco-pédophile ou éco-tueurs en série qui restent des mots non recyclables.

 Eco permet aussi de relancer la carrière de mots qui perdaient un peu de leur sens, par exemple "citoyen". Citoyen perdait de sa superbe. Il vaiat permis un temps de racheter entreprise avec entreprise-citoyenne mais ça n’a pas marché. Citoyen a perdu de sa charge positive (quoique Rendez-vous citoyen, café citoyen marcheraient encore...). On a rajouté éco devant et c’est reparti. Eco-citoyen, ça fait tout de suite plus efficace, politiquement, s’entend.

 Sinon, attention aux abus pléonastiques tout de même comme éco-éolienne, vous seriez ridicule.

 Voilà, maintenant, travaux pratiques.

 Exercice : Comme Ségolène Royale, amuse-toi à découper dans un journal que ton Papa ne lit plus, un mot méchant ou un mot ringardos. Accole lui les mots éco, proximité et tremplin. Réunis tes camarades en forum si tu veux t’amuser au Ségo-Ludo. Entraînez-vous à la méthode langue de bois sympa et pour tous. Tu peux aussi aller chercher d’autres mots gentils sur le site internet du Conseil régional de la Région Poitou-Charentes. Fais bien attention, sur internet, n’accepte aucun bonbon virtuel de méchants messieurs.

 http://www.bigbangblog.net/article.php3?id_article=68

Partager cet article

Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article

commentaires