Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 10:52

 

 « Chère madame, je vous fais parvenir un document qui a circulé auprès des fonctionnaires de police français. Il s’agit de la présentation d’un stage pour former les policiers à intervenir dans la rue auprès des “jeunes”. Je vous laisse apprécier tout le sel de la formulation choisie. 

 

Objet : appel à candidatures – journée CRF/BUC “Macadam jeunesse” : Objectifs : incarnant la césure entre la sphère publique et les multiples univers privés, la rue assure traditionnellement la mise en relation des lieux, des fonctions et des groupes sociaux. Cette action propose de revenir sur les modes d’occupation de la rue,des jeunes en errance à leurs modes culturels, ludiques ou transgressifs de réappropriation. Quelle place pour la jeunesse dans l’espace public et, partant,dans la société ? Comment faire de la rue un espace vertueux de la citoyenneté à l’heure où s’affirme la tendance à la privatisation des espaces communs au nom de la sécurité et du contrôle social ? Comment résoudre les conflits d’usages entre des logiques spatiales différentes ? Comment faire en sorte que visibilité des jeunes dans la rue rime avec légitimité ? Telles seront les questions traitées par des intervenants de tous horizons, universitaires et praticiens. »

 

Ce document est extraordinaire. Merci, cher lecteur, de nous éclairer sur la façon dont sont formés les policiers nationaux en cours de carrière. Sous le charabia, la pensée en vrac, en pièces, en bouillie. On est au-delà de la langue de bois, là, dans le gloubi-boulga surréaliste, le magistral « foutage de gueule » quand on connaît la réalité de ce que vivent chaque jour les policiers dans les cités. Qui rédige ce genre de formulaire, qui concocte un texte pareil ? Qui sont ces hommes ou ces femmes totalement déconnectés de la réalité et qui baragouinent un tel amphigouri ? Y aura-t-il un seul policier ou CRS dans la salle de stage pour se lever et demander un décodeur aux « universitaires » et « praticiens » en question ? Dites-moi que oui !

A bientôt.

Caroline Parmentier, « Présent » du 12/04/2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires