Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 19:16

 

Que veut dire le « men » de FEMEN ? Je me le demande, car je n’aime pas voir la «femme» amputée par le «men». C’est dur.

Le logo représente la lettre ф (initiale de Femen en ukrainien) avec les couleurs du drapeau ukrainien, tout en symbolisant des seins nus. (Wikipedia)

 

Petit cours d’ukrainien

Vous savez que FEMEN en ukrainien s’écrit : Фемен ? D’ailleurs, le logo de l’organisme est la lettre Ф qui est l’initial de FEMEN tout en symbolisant des seins nus aux jolies couleurs du drapeau ukrainien. C’est concept quand même.

M’est venue une question. Ces filles ont-elles eu les mêmes cours que moi à l’université… car c’est là qu’on m’a expliqué la « véritable » étymologie du mot « femme ».

Notre professeurE avait répété que « femme » était issu de « fe-minus » qui signifiait : « foi moindre ». Les femmes, donc, étaient des êtres de « foi moindre »! Nous étions toutES dégoutéES! Cachez-moi ce « minus » que je ne saurais voir!

La profE avait simplement omis de compléter son explication (car ça n’entrait pas dans son « approche féministe du phénomène littéraire », j’imagine) en précisant que cette étymologie était parfois citée, mais n’avait jamais été avérée.

En vérité, cette étymologie avait été construite de toutes pièces par deux misogynes de la pire espèce : les moines James Sprenger et Henry Kramer, auteurs du grotesque « Marteau des Sorcières » (Malleus Maleficarum), rédigé et diffusé en Europe en 1486 pour justifier leur haine des femmes.

La profE n’avait pas précisé non plus que cet ouvrage avait été interdit par l’Église catholique romaine peu après sa première publication.

Ainsi, les FEMEN ont pu être, elles aussi, comme des centaines et des centaines d’autres filles, induites en erreur ! Elles croient sincèrement que tout cela est vrai. Elles croient qu’on doit sabrer dans le « minus ».

Il faut rectifier le tir. Il faut corriger cette erreur historique.

Étymologie 101

Donc. Vous savez que le « fe », donc votre Ф, provient du latin « Femina », au sens de l’être ou « foemina » qui dérive de « foetare » ou si vous préférez « fœtus » ?

Je poursuis. La racine de ce « fe », du latin fe-mina, signifie « qui donne le souffle » ou si vous préférez « la vie » !

Wow ! C’est beau, hein ?

Bon. La racine indo-européenne « fe » (donc encore votre Ф de Фемен , ok ?) a le sens de « allaiter » ou si vous préférez « nourrir ». Donc, « Femina » ou « fe-mina » désigne celle qui allaite !

Wow ! Femina est celle qui allaite ! Wow !

Rien à voir avec le « minus » ! C’est quelque chose allaiter… Vous ai-je parlé de ce phénomène de la montée laiteuse ? Non ?... Bon… ce sera pour une autre fois… Mais, je crois, au fait, que vous en connaissez un bail là-dessus, non ? Quelques fois, ça vous monte jusqu’à la gorge et ça vous picotte jusqu’aux oreilles ! C’est fou, hein ?

Bon. Mais je veux savoir, pourquoi, donc, avoir remplacé le « mina » par le « men »? Est-ce pour montrer votre côté « fe » et garder caché votre côté « men » dans vos culottes? Car vous savez, il est là le grand tabou!

Les seins? Voyons. On en voit tous les jours, même sans notre consentement!

Mais, le côté « men », ça!

Allez les FE! Le grand jeu! La totale! Le Full Monty, quoi!

Pour s’amuser un peu :

Dictionnaire Latin Français, Félix Gaffiot.

Grand dictionnaire de la langue Latine, Dr Freund, traduit par N Theil, Paris, Firmin Didot, 1860.

Dictionnaire Français Grec, Alexandre, Planche et Defauconpret, Paris, Hachette, 1885.

La langue française dans ses rapports avec le Sanscrit et avec les autres, Louis Delâtre, Paris Firmin Didot, 1854. T. I.

Witch Hunts in Europe and America, William Burns, 1959, Greenwood, 2003.

Lu ICI , sur le blog La vie est belle

Repost 0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 23:14

 

Vos commentaires sur les articles

sont les bienvenus.

Des exemples :

 

Repost 0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 00:39

 

La guerre des mots

Repost 0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 00:00

 

Vous voulez parler couramment journaliste ? 

Dites souvent ...


mariage pour tous

chassé-croisé

cellule psychologique

stigmatiser

discrimination

bouc émissaire

improbable

revisiter

 diversité

gens du voyage

sécuritaire

incivilités

violences urbaines

les banlieues

les quartiers

les jeunes

care

lâcher prise

tolérance

dérive

les thèses

 

Vous pouvez compléter grâce à "écrire un commentaire"

Repost 0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 08:33

Lu sur ce blog : http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/ :

GO & GLs : Dubar refuse le choix de Gulino

Le Grand Maître de la Grande Loge Traditionnelle Symbolique Opéra (GLTSO), Jean Dubar,refuse l’injonction du GM du GODF, José Gulino, qui lui demandait hier de « choisir son camp » entre la régularité anglaise et la franc-maçonnerie adogmatique et libérale, en clair de choisir entre la Confédération (avec la GLDF, la GLAMF et la GLIF) et le GODF (avec la FFDH, la GLFF, la GLMF et la GLMU).

 

Amusant, non ?

Repost 0
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 11:10

 

 

Y a-t-il une grâce à savoir dire "merde", ce juron si caractéristique de la langue française que Sacha Guitry en a tiré même une pièce intitulée "le mot de Cambronne", dans laquelle il met en scène le général et son épouse ... d’origine écossaise ? Comment d’ailleurs pourrait-il y avoir une grâce à prononcer un juron si vulgaire et contraire à l’idée habituelle de la grâce, au sens tant naturel que surnaturel ?

Oublions le mot de Cambronne en lui-même : il restera toujours synonyme de mauvaise éducation et de manque de courtoisie. Le propos n’est pas ici de réhabiliter la grossièreté.

Cependant, ce juron est devenu si emblématique de l’identité française, notamment dans la manière dont les Français sont perçus à l’étranger, qu’il est bon d’en décrypter, derrière la vulgarité du terme, l’esprit et le panache qui peuvent l’animer.

En 1940, le capitaine de Frégate de Quiévrecourt, commandant de l’aviso Dumont d’Urville, refuse de rejoindre la France Libre lorsque Nouméa se rallie. L’amiral Muselier, chef des forces navales françaises libres, envoie alors un télégramme le destituant et nommant à sa place le commandant en second. Celui-ci rejette l’ordre de dissidence et adresse cette réponse à l’amiral Muselier : « De la part Commandant, officier en second, état-major et équipage du Dumont d’Urville. Votre 230. Stop. Merde. » C’est depuis ce temps-là que dans la Marine on ne renvoie pas au "mot de Cambronne", mais au "mot de Quiévrecourt".

Or dans le cas de Cambronne comme dans celui de Quiévrecourt, le juron est synonyme de fidélité. La légende veut en effet que le général Cambronne, sommé par les Britanniques de se rendre à Waterloo, ait répondu : « La garde meurt mais ne se rend pas ! », avant de pousser le célèbre juron qui le fit passer à la postérité. Quant à Quiévrecourt, rappelons que tout officier français avait prêté serment de fidélité au chef de l’Etat qui en 1940 n’était ni de Gaulle, ni Muselier.

Permanences n° 470-471

Repost 0
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 10:53

 

Dictionnaire participatif

Parlez-vous le françois-hollandais ?

Parlez-vous le françois-hollandais ?
Publié le vendredi 26 juillet à 14h46 - Mis à jour le mercredi 31 juillet à 19h59
Par Nicolas Beytout, Directeur de la rédaction

A la suite de notre éditorial titré « Les mots pour ne pas le dire », L’Opinion vous propose de poursuivre l’exercice en publiant vos propres définitions du parler Hollandais (il s’agit de François, bien entendu). Humour et justesse bienvenus.

A force de jongler avec les mots dans le seul but de nier la réalité économique et budgétaire, le gouvernement et la majorité ont fini par créer un petit dictionnaire à usage de qui veut cacher la vérité. Extraits.

Sérieux : mot passe-partout, signifie austérité, rigueur (termes dangereux en politique). Employé souvent en matière budgétaire pour éviter d’affronter la réalité.

MAP : équivalent socialiste de la RGPP sarkozyste. La Modernisation de l’Action Publique est une réduction forcément intelligente des budgets ministériels, là où la RGPP était mécanique et donc stupide.

Déficits : généralement employé au pluriel : « il faut réduire les déficits ». Objectif souvent proclamé, jamais atteint.

Impôts : trait d’humour du président de la République, amateur de blagues : « il n’y aura plus d’augmentation des impôts » (voir aussi « Ecologie »).

Fonctionnaires : population sacrée dont le nombre total doit coûte que coûte être maintenu. Synonyme de réservoir électoral.

Chômage : cancer qui sera guéri à la fin de l’année. Se traduit souvent par subventions ou emplois aidés.

Ecologie : mot fourre-tout, très commode pour constituer des majorités parlementaires. Notion souvent utilisée au second degré : la France sera « la Nation de l’excellence environnementale », selon François Hollande (voir aussi Impôts et Humour).

Ministre solidaire : concept dépassé. Parfois remplacé par le moderne « militant ». Delphine Batho : « mon budget est mauvais ; je réagis en militant ». Permet de tester les limites de l’humour présidentiel.

A vous de compléter…

 
Vous aussi, publiez votre définition
Repost 0
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 15:46

Substituer un pronom "neutre" aux pronoms "il" ou "elle" qui nous enferment dans une stupide identité sexuelle, voilà la solution! C'est ce qui est préconisé en Suède, ce pays qui nous précède dans les allées d'un avenir prometteur.. A découvrir, dans Slate.fr :

Hen: le nouveau pronom neutre qui fait polémique en Suède
La Suède tente de se débarrasser de ses «il» et «elle»...

Source

Repost 0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 14:20

       

Yves Daoudal redonne la définition du mariage du très sérieux dictionnaire de l'Académie française :

MARIAGE n. m. XIIe siècle. Dérivé de marier .
1. Union légitime d'un homme et d'une femme, formée par l'échange des consentements que recueille publiquement le représentant de l'autorité civile. Mariage civil. L'institution du mariage. Désigne aussi le sacrement qui lie un homme et une femme s'unissant par l'échange des consentements au cours d'une cérémonie religieuse. Mariage religieux.

Yves Daoudal en profite également pour citer le catéchisme de l'Eglise catholique :

2357 L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes du même sexe. Elle revêt des formes très variables à travers les siècles et les cultures. Sa genèse psychique reste largement inexpliquée. S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves (cf. Gn 19, 1-29 ; Rm 1, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10), la Tradition a toujours déclaré que " les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés " (CDF, décl. " Persona humana " 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas.

A quand des autodafés organisés par Manuel Valls place de la Bastille ?

18 May 2013 sur le salon beige

Repost 0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 15:47

 


On remercie un employé
quand on n'est pas content de ses services . . .

On passe bien souvent des nuits blanches
quand on a des idées noires. . .

Pourquoi d'un pauvre malheureux ruiné, qui n'a plus d'endroit où se coucher,
on dit qu'il est dans de beaux draps ?

Pourquoi dit-on : embarras de voitures, quand il y a trop de voitures,
et embarras d'argent, quand il n'y a pas assez d'argent ?

Pourquoi quand une personne se meurt, on dit qu'elle s'éteint.
et quand elle est morte, on l'appelle «feu»?

Pourquoi parle-t-on des quatre coins de la terre, puisque la terre est ronde ?

Comment peut-on faire pour dormir sur les deux oreilles ?

Pourquoi lorsque l'on veut avoir de l'argent devant soi, faut-il en mettre de côté ?


Pourquoi avons-nous parfois l'estomac dans les talons
ou le compas dans l'oeil ? 

On en perd son latin :-)

Repost 0