Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 21:29

 

Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 21:54

 

La manipulation du langage par les « mots maquillés »

C'est la grande mode du moment ! Utiliser des mots ou des sigles permettant de « maquiller » le vrai sens d'un mot. Afin de ne pas nous laisser surprendre, le Conseil Pontifical pour la Famille a réuni plus de 70 spécialistes - psychologues, théologiens, juristes, philosophes et scientifiques - pour publier ce lexique sur les termes ambigus et controversés sur la famille, la vie et les questions éthiques.  (Cliquez sur l'image pour le commander)

 

 

"Donner des repères éthiques, éclairer les psychologies, situer le contexte juridique ou social, dévoiler la manipulation du langage, comprendre les positions de l'Église, telle est la valeur inestimable de cet ouvrage qui va au-delà des définitions et des mots. Chacun pourra ainsi soutenir une culture de vie, dans la sphère familiale, sociale et politique qui est la sienne."
Conseil Pontifical Pour La Famille

 

 

 

Quelques exemples de manipulation :

Un exemple assez frappant concerne le terme « I.V.G. ». Aujourd'hui, médecins et médias préfèrent utiliser le sigle « I.V.G. » plutôt que de dire entièrement l'expression « Interruption Volontaire de Grossesse » ou encore de décliner cette expression en « Avortement » qui peut-être aussi traduit par le simple mot de « meurtre ». Le fait de dire « I.V.G. » passe beaucoup mieux à la télé et dans les journaux que de dire le mot « meurtre », c'est sûr ! Pour ceux aimant les sigles, il serait préférable d'utiliser le vrai sens que le Professeur Lejeune lui-même en donna, à savoir une « Interruption de Vie Gênante ».

Un deuxième exemple est le terme « I.M.G. ». Une « Interruption Médicale de Grossesse » signifie tout simplement tuer un enfant malade ou handicapé (possible jusqu'à 9 mois en France !!!). Comme à son habitude, un médecin préfèrera utiliser le terme « I.M.G. » plutôt que de demander directement à une maman si elle est d'accord ou non de tuer son enfant !

Un troisième exemple est l'expression du « Droit de mourir dans la dignité ». C'est une expression utilisée par les personnes revendiquant l'euthanasie (+) dans le but de légitimer cet acte au nom de la liberté individuelle?

 
Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 20:44

(...)

Troisièmement, je voudrais vous demander d'avoir une pensée pour notre belle langue française. Rendez-nous la première partie de la négation: faites que nous disions « je ne vais pas voter oui » et non « jvais pas voter ouais ». Rendez-nous l'accord du participe qui est en train de disparaître. Rendez le subjonctif à encore que et l'indicatif à après que. Rendez-nous les liaisons : « vous-z-aussi » et non pas « vouossi ». Otez la bouillie de certaines bouches contemporaines, surtout celles de beaucoup de jeunes gens et des acteurs en vogue. Faites que nous recommencions tous à dire bonjour et non pas bonjoureu. Essayez de nous épargner les anglicismes et les américanismes, pas seulement dans le vocabulaire, surtout dans les tournures de phrase contre nature que nous inspirent les langues anglo-saxonnes. Quant à ceux qui disent conforter, ou incontournable, ou qui se laissent interpeller au plan de leur vécu, faites que le diable les patafiole. Si j'osais, Jeanne, si j'osais - mais je sais que j'exagère -je vous demanderais timidement de ressusciter aussi, ne serait-ce que sporadiquement, l'imparfait du subjonctif.

Vladimir Volkoff 

Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 12:12

 

C'est la rentrée !
Et, comme à chaque rentrée, on vous propose quelques changements.
Déjà nos enfants vont, enfin, apprendre à lire, à écrire et à compter et ceci à l'école.
On appelle cela le "socle commun de connaissances"
Non pas des connaissances.
Il est vrai que nous savons déjà que les parents d'élèves sont des "géniteurs d'apprenants" et qu'un ballon (rond !) se dit "référenciel sportif" puisque le ballon ovale de Rugby ou de Jeu à XIII se dit "référenciel sportif rebondissant aléatoire".
Alors qu'un jardin est un "espace végétalisé" et une haie un "mur temporaire végétal".
Lorsqu'un parent d'élève va récupérer le ballon de rugby qui est passé par dessus de la haie dans le jardin municipal il convient donc de comprendre que "le géniteur d'apprenant a eu comme projet effectif la récupération physique du réfécenciel rebondissant aléatoire qui se trouvait alors contrairement à sa destination initiale dans l'espace végétalisé mis gracieusement à la libre disposition des administrés puisqu'il avait malencontreusement franchi le mur temporaire végétal qui borde l'établissement destiné à la scolarisation".
Ou peu s'en faut !
On nous explique qu'il va simplement falloir revenir aux bonnes vieilles méthodes, donc au B.A-BA et qu'il conviendra, peut-être, de faire comprendre aux enseignants et aux élèves concernés qu'il existe, somme toute, des lettres et des chiffres et que cela peut, éventuellement, être utile pour apprendre à lire, à écrire et à compter.
Certains n'hésitent pas à jeter le pavé dans la mare du Landerneau éducatif en proposant "une rupture avec mai 68" !
Rien que ça !
Exit le Baba vive le B.A-Ba !

la suite sur http://www.tao-yin.com/edito/pedagogie%20et%20demagogie.htm

Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article
17 mai 2007 4 17 /05 /mai /2007 08:31

  17 mai : Ascension... et Journée Mondiale contre l'homophobie

 

Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 23:02

 

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots »
Platon (Athènes, 427 - id., 347 av. J.-C.)

Le Novlangue est la langue avec laquelle la classe dirigeante de la dictature prévue par George Orwell dans son roman 1984 manipule les classes subalternes.

«Le vocabulaire du novlangue était construit de telle sorte qu'il pût fournir une expression exacte, et souvent très nuancée, aux idées qu'un membre du Parti pouvait, à juste titre, désirer communiquer. Mais, il excluait toutes les autres idées et même les possibilités d'y arriver par des méthodes indirectes. [...] le novlangue était destiné, non à étendre, mais à diminuer le domaine de la pensée, et la réduction au minimum du choix des mots aidait indirectement à atteindre ce but.»  1984, George Orwell

La Novlangue classe le vocabulaire en trois catégories : A, le vocabulaire des choses concrètes ; B, le vocabulaire politique et C, le vocabulaire technique. Voici ce que pourrait être le dictionnaire du vocabulaire politique du Novlangue à l'usage des classes parlantes et dirigeantes du Parti décrit par George Orwell.

lu sur http://www.hautes-tensions.com/novlangue.html où on trouve un Dictionnaire Novlangue de la desinformation

Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 21:41

 

Rappel : “Islamophobie” est un terme inventé par les mollahs iraniens

7 05 2007

par Chahdortt Djavann, extrait de “Que pense Allah de l’Europe ?”, Gallimard, 2004
Les islamistes ont opéré un tour de passe-passe qui est un véritable exploit : ceux qui critiquent les aspects totalitaires de l’islam se voient traités, sous le nom d’”islamophobes”, de racistes et de xénophobes, au même titre que des militants d’extrême droite. Quand les mots perdent leur sens, la déraison triomphe.

Le terme d’ “islamophobie” fut inventé - on ne le dit jamais - par des mollahs iraniens juste après la révolution islamique. L’islamophobie fut l’anathème jeté sur les quelques centaines de milliers d’opposants que le régime islamiste a éxécutés. Tous ceux qui n’adhéraient pas au régime islamiste furent considérés comme islamophobes, ennemis de l’islam, et furent mis à mort sans avoir droit au un procès.

L’islamophobie résume l’idéal totalitaire d’un régime islamiste pour qui tout opposition est considérée comme une atteinte à l’islam ; et à ce titre justiciable de la peine de mort. Parler d’islamophobie, à propos de ceux qui critiquent les dogmes de l’islam, c’est évidemment entrer dans le jeu des islamistes.

On peut s’étonner qu’un certain nombre d’intellectuels et de politiques aient entériné sans sourciller, en France et en Europe, l’usage d’un terme qui a tout d’une machine de guerre idéologique.»

[source][A propos de Chahdortt Djavann]

PM

Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 23:24
L'écrivain Thomas Roussot analyse le langage de Nicolas Sarkozy : " Entre tension caporaliste et dispositif marketing, agrémentée de quelques transitions passe-partout à base de « faut que", "je n’accepte pas que", "je veux que » et autres « y’a », cette langue sarkozyste est avant tout claire, tranchée, incisive, toujours offensive. En un mot comme en cent : performante. Son flux est véloce, rapide, aéré par peu de silences, ne cherchant ni la subtilité ni la complication « inutile ». Il se veut économe pour toucher au plus vite la cible réceptive qu’est l’auditeur. Plus encore à l’écrit : « D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu agir. » (p. 7, Témoignage, XO Editions). La structure de ses phrases est souvent binaire, facilitant l’accès du lecteur. Leur tempo est vigoureux. « Dans mon esprit la parole, les idées, la communication n’ont de sens que dans la mesure où elles permettent et surtout facilitent l’action... ». Il le revendique donc, son langage est d’abord à la recherche d’un effet rapide et concret, pouvant sauter par-dessus l’intelligence laborieuse des phénomènes, leur complexité, pour accéder directement à des « solutions » et des actes. Conception très anglo-saxonne, rompant bel et bien avec une certaine tradition française plus discursive et didactique. Qu’importe, il ne craint pas les ruptures, bien au contraire, il les vante, sous-tendu par ce volontarisme qu’il n’hésite pas à exhiber assez impudiquement ce qui est également neuf en France. « J’ai plein de cicatrices. Pour aller là où je veux aller, il faut plein de cicatrices. La décision importante, c’est de choisir d’aller là-haut. » (Vichy- 21 juillet 2004). Son principal écueil étant lié à sa force, ce langage inquiète tout en exaltant, son énergie symbolique laisse une impression de dangerosité, de conflits liés à cette faculté de heurter par des choix perçus comme trop tranchés, trop sûrs d’eux-mêmes. Il fait écho à une attente doublée d’une crainte, attente de choix clairs et assumés, crainte de leurs retombées effectives. "
(relevé sur le site agoravox.fr)
Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 23:01

« J'y comprends plus rien ! Les élections en Turquie pourraient être emportées par un "islamiste modéré". Si, ils l'ont dit à la télé, et à la radio, et dans tous les journaux aussi. Moi, je croyais qu'un islamiste, c'était comme un musulman, mais extrémiste, fondamentaliste, radical, méchant quoi ! Et voilà qu'en Turquie, ils ont des islamistes modérés. En somme, des musulmans extrémistes modérés. Comment voulez vous qu'on s'y retrouve, nous »

Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 22:47

 

Naturellement...

«Dire, c'est faire » Le livre « Jacques Chirac (1995-2003) et le discours présidentiel sous la Ve République » de Damon Mayaffre s’attache à faire une analyse logométrique des discours de Chirac et des autres présidents de la Ve république. Tous les discours de Chirac de 1995 à 2003 ont été saisis et analysés informatiquement. L’auteur, historien de formation, prouve mathématiquement que Chirac fait de la politique avec les mots.
1 544 505 mots en 816 discours, Chirac est le plus bavard de tous les présidents de la Ve république.
NaturellementChirac qui n’aime pas se mouiller et se justifier adore les adverbes ! Son adverbe préféré est le mot «naturellement » utilisé tous les 500 mots. Selon l’auteur cela permet à
« Chirac de mentir avec aplomb, c'est le cas par exemple à propos du quinquennat il prend très nettement position le 14 juillet 2000 contre le quinquennat et six moins après il le propose. Et là il dit "je vous demande de voter pour le quinquennat, le quinquennat que naturellement j'ai toujours défendu". »
« La deuxième fonction c'est d'articuler deux idées contradictoires et présenter cette contradiction comme une évidence. Quant il va parler de l'Europe il va vous dire "il faut construire la communauté européenne, ce qui ne veut pas dire naturellement renoncer à la souveraineté nationale". Quant il va parler de la fonction publique il va dire "il faut réduire la fonction publique ce qui ne veut pas dire naturellement réduire le nombre de fonctionnaires". »

Constater plutôt que de proposer Le temps le plus utilisé par le président est le présent de l’indicatif, un temps qui permet selon l’auteur de commenter les événements plutôt que d’agir.

Pour en savoir plus sur le net
- A voir: Temps et modes dans le discours de Chirac (1995-2002) par rapport au discours présidentiel (1958-2002).
- Emission "là bas si j'y suis" (France Inter) sur le discours de Chirac

http://chiraquie.free.fr/naturellement.htm

Repost 0
Published by DE FLANDRES - dans deflandres
commenter cet article